La morsure de l’ange

Un texte de Daniel Danis déposé sur
des images d’Alain Lavallée et José Babin.
Collaboration artistique : Fabrizio Montecchi
Interprétation : Denys Lefebvre et Alain Lavallée

Produit par le Théâtre Incliné en coproduction avec le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières (France) et Casteliers (Montréal).

Créé en résidence au Teatro Gioco Vita à Piacenza (Italie),
à la Maison des arts de Laval, au FAIT de l’Assomption et à Casteliers avec la participation de l’Institut italien de la culture à Montréal.

« À 8 ans, mon père m’achète des belles bottes western en peau de serpent. Sur les planchers, ça faisait du bruit. Je devenais visible. Les gens du ciné-parc m’adressaient la parole : T’as don’ ben des belles bottes, petit. Comme ton père. » (Daniel Danis)

Janvier 2010, Pierre-Yves a congelé son père.
À travers les carcasses de voitures qui envahissent maintenant le ciné-parc de son enfance, le fils règle ses comptes avec l’ombre de son vieux cowboy de père qu’il a vénéré et haï en même temps. Le temps se givre… Jusqu’à ce qu’un ange s’écrase sur le lampadaire de l’écran déglingué. Un spectacle où les ombres et la vidéo accompagnent le ballet entre un acteur, un mannequin et son double.

 

 

 

Texte : Daniel Danis
Écriture scénique et mise en scène : Alain Lavallée et José Babin
Interprétation : Denys Lefebvre et Alain Lavallée
Collaboration artistique : Fabrizio Montecchi
Musique : Guido Del Fabbro
Création des ombres : Alain Lavallée
Images vidéo : Martin Laroche
Décor : Loïc Lacroix Hoy
Conception mannequin : Guy Fortin
Costumes et accessoires : Valérie Gagnon Hamel
Conception des éclairages et régie lumières: Andréanne Deschênes
Régie son et manipulation vidéo : Samuel Thériault
Voix hors champ : Paul Dion, Denys Lefebvre et José Babin
Voix chantée : Safia Nolin
Films de famille : Merci à Xavier Milot, Gabryel Contant-Tardif et Brigitte Chartier pour leur participation.

Les prémices du projet

Au Théâtre Incliné, la majorité des spectacles sont précédés d’une période de recherche qui en inspire la forme et parfois même le propos. Au printemps dernier, à travers sa recherche « SEUL AVEC MON OMBRE », Alain Lavallée a poursuivi sa démarche sur les ombres contemporaines en fouillant cette fois l’alliage d’ombres filmées et de théâtre d’ombres en direct. Inspiré de ses propres souvenirs d’enfance, il a travaillé avec un auteur : Daniel Danis, un cinéaste : Martin Laroche, un acteur : Denys Lefebvre, et une metteure en scène: José Babin.

Après cette première étape, et avec l’auteur Daniel Danis, nous avons convenu que si un spectacle devait naître de cette idée, il ne pourrait en aucun cas être un texte de théâtre traditionnel. L’œuvre à venir sera une coécriture; une écriture « des mots » par Daniel, et une « écriture des images » par Alain et José qui se ferait dans un aller-retour régulier. Les deux écritures se répondent et avancent en même temps pour créer une œuvre complète dont le propos est porté également par les mots et par les images.

Parti pris de l’écriture scénique et de la mise en scène

Parce qu’il fait aussi du théâtre d’images, la très grande liberté que nous laisse l’auteur est particulièrement réjouissante ! À travers le texte de Daniel Danis, nous avons donc fait des choix et construit une chronologie qui nous est propre de manière à en faire un objet scénique autonome.

« Janvier 2010, j’ai congelé mon père ». D’entrée de jeu, nous choisissons que ce sera le début du spectacle où se racontera comment le personnage en est arrivé là. En explorant les espaces mentaux du personnage en déséquilibre, la proposition scénique pose l’action dans le vieux cinéparc de son père devenu un cimetière de voiture. Ici, les espaces temps se chevauchent au rythme des séquences de mémoire ravivées par ce lieu fantomatique. L’acteur joue avec l’ombre du cowboy qui incarne son père au temps de son arrogance et un mannequin inerte, troublant d’hyper réalisme, qui incarne le vieux congelé. Contrairement à une marionnette manipulée, ici l’objet parle par sa non vie, et existe à travers le regard que les acteurs posent sur lui. Plusieurs procédés cinématographiques sont bien présents dans la manière de raconter l’histoire.

 

Prochaines représentations
18 février 2017 à 19:30

Maison culturelle et communautaire
12 004, boulevard Rolland,
Montréal-Nord

15 mars 2017 à 13:30
École secondaire Jean-Grou
12725 Boulevard Rodolphe-Forget,
Montreal

Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes (Charleville-Mézières, France)
17 septembre 2015 - 27 septembre 2015
Espace Go (Montréal, Québec)
20 octobre 2015 - 24 octobre 2015
Théâtre Mirella et Lino Saputo (Montréal, Qc)
25 octobre 2015 - 25 octobre 2015
Théâtre Hector-Charland (L'Assomption, Québec)
1 mars 2016 - 1 mars 2016
Rencontre Théâtre Ados (Laval,Québec)
19 avril 2016 - 19 avril 2016
Salle Émile-Legault /CEGEP Saint Laurent
22 novembre 2016 - 22 novembre 2016
Maison culturelle et communautaire de Montréal-Nord
18 février 2017 - 18 février 2017
Salle Désilets du Cegep Marie-Victorin
15 mars 2017 - 15 mars 2017
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Espace pro

Durée : 65 min.
Public : Adultes, 14 ans et +
Jauge : 400
Aire de jeu : 9 m. x 7 m. x 5.5 m. (h)
Équipe en tournée : 5 personnes

Dates de tournée : voir calendrier

Extrait-diapos /2:48 min. (Youtube)

Dossier de présentation (pdf – 1 mo)
Plan LX PREL MorsureV3
(.pdf – 619 ko)
Morsure FICHETECH (.pdf – 182 ko)
Cahier de presse (.pdf – 2,2 mo)

Les commentaires sont fermés.