Équipe

JOSÉ BABIN
Directrice artistique et générale
Fondatrice et directrice artistique du Théâtre Incliné depuis 1991, José est metteuse en scène, autrice, comédienne et marionnettiste. Elle a créé son théâtre de la matière à travers une écriture scénique faite d’espaces morcelés où les objets inanimés, les corps, le texte, la lumière et la musique incarnent un détail de la toile complète. Grande voyageuse, elle s’inspire de territoires et de cultures multiples pour créer des œuvres in situ, en compagnie d’artistes de divers horizons : Italie, France, Japon, Acadie, Norvège, Finlande, Gaspésie et Nunavik.

 

MARIE-LUCE GERVAIS
Directrice administrative

Comédienne de formation, Marie-Luce co-fonde sa propre compagnie de théâtre dès sa sortie de l’École supérieure de théâtre. Cette expérience lui donnera la piqûre pour la gestion et la stratégie organisationnelle, et la poussera à compléter une maîtrise en Management des entreprises culturelles à HEC Montréal.
Marie-Luce a eu la chance de travailler pour plusieurs organismes, notamment du milieu de la coopération internationale, du cirque, de la musique classique et du théâtre.

 

ALAIN LAVALLÉE
Production
Co-directeur du Théâtre Incliné depuis 1997, Alain participe à différentes créations de la compagnie comme concepteur de lumière, d’ombres et de marionnettes.
C’est après avoir suivi un stage de formation en théâtre d’ombres avec le Teatro Gioco Vita ainsi qu’avec la cie Amoros et Augustin à Charleville-Mézières (France) au début des années 2000 qu’il développe un intérêt pour les éclairages très précis et l’utilisation de projections, particuliers au théâtre d’images.
Alain poursuit toujours ses recherches sur les ombres contemporaines et ombres filmées à travers les productions de la compagnie et la réalisation de courts métrages.

 

CAUDÈLE ALLALI
Diffusion et communications
Passionnée de théâtre et d’écriture, Claudèle s’intéresse aux formes d’art qui favorisent la rencontre avec l’Autre et entre les cultures. Après avoir suivi une formation collégiale en art-dramatique, elle perfectionne ses compétences linguistiques dans un programme en Littérature et Enseignement à l’Université du Québec à Montréal, avant de s’orienter vers le domaine des communications au sein de cette même université, dans le programme d’Action Culturelle. C’est ainsi qu’elle développe ses aptitudes en communications et diffusion et qu’elle se familiarise avec le domaine culturel et ses multiples trésors. Pour Claudèle, la culture est une forme de poésie ; elle emprunte à l’art le filtre délicat et fragile à travers lequel voir la vie, comme l’un de ces vitraux dont les couleurs dévoilent leur superbe au contact du soleil.